Top Panel
lundi, 23 September 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

A+ R A-
  • Lorenzo et Thérèse Greco

    Les responsables - contacts -

  • Devarim - Deutéronome

    La parasha dans un contexte messianique

  • Téléchargement libre en PDF

    Fêtes, analogie de la foi, cours, initiation à l'hébreu

  • Connectez-vous

    Inscription ou connection à tout moment

  • DIRECT-YOUTUBE

    Vend. 20h30, Sam. 12:45-14:45, 16:00-18:00

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

La parasha messianique pour les nuls

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi

Semaine du 8 au 15-3 2013

  • Catégorie parente: Prayerteam
  • Catégorie : Intercession
  • Mis à jour : vendredi 8 March 2013 18:00
  • Publication : vendredi 8 March 2013 00:00
  • Écrit par Franck Courbet
  • Affichages : 859
  • 08 Mar
Personne à contacter: 0

 

Assemblée messianique de La Louvière Belgique 

BETH YESHOUA PRAYER TEAM
EQUIPE DE PRIERE

Belgique - France - Europe - USA - Canada - Afrique

Intercession pour Israël

Semaine 8 au 15-03-2013

 

L’Iran soupèse sérieusement l’idée de déclencher un affrontement syro-israélien.

Les sources des renseignements militaires de Debkafile révèlent que Téhéran cherche sérieusement un affrontement libano-syrien limité contre Israël – probablement en employant des armes chimiques d’Assad comme déclencheur.

Le Dôme de Fer en position au nord d’Israël

Réagissant à cette information, Israël a annoncé dimanche 27 janvier, le déploiement de batteries anti-missiles Dôme de Fer, il y a quelques jours, afin de renforcer la sécurité dans le nord d’Israël et autour du port stratégique d’Haïfa.

Les Iraniens conçoivent trois bénéfices stratégiques à impliquer Israël dans une guerre limitée avec ses deux alliés, la Syrie et l’Iran :

1. Une nouvelle explosion de violence armée détournerait l’attention du monde loin de la guerre civile syrienne.

2. Israël serait dérouté dans ses intentions de mener une frappe éventuelle contre les installations nucléaires iraniennes – même s’il s’agit d’une « opération chirurgicale », comme l’a évoquée le Ministre de la défense Ehud Barak, durant le week-end- puisqu’il serait plongé dans des combats multiples avec les forces iraniennes en Syrie et au Liban, le Hezbollah chi’ite et les groupes palestiniens Hamas et Jihad Islamique, dans la Bande de Gaza.

La confrontation serait programmée pour se terminer sans vainqueurs ni perdants, comme pour la guerre d’Israël contre le Hezbollah, en 2006 et ses deux opérations anti-terroristes à Gaza, en 2009 et 2012.

Mais, au moins, pendant ce temps, Israël aurait les bras trop chargés de diverses menaces pour se lancer dans une action contre l’Iran nucléaire.

3. Téhéran gagnerait un nouveau délai d’un an pour faire perdurer ses pourparlers avec les six puissances (les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Chine et l’Allemagne), au sujet de la controverse nucléaire. Derrière ses paroles, on pouvait deviner une allusion aux harcèlements, dans le voisinage immédiat, au cours des quelques semaines passées, du fait de l’avancée d’al Qaeda au Mali – à réexaminer à l’aune de l’intervention française ; de la prise d’otages sur le

site gazier algérien ; et de la découverte de l’interface renforcée entre les diverses branches africaines d’Al Qaeda, y compris en Egypte, qu’il s’agisse de leurs opérations, de leur logistique, du partage des fournitures d’armement et de la mutualisation de la main d’œuvre jihadiste sur les différents théâtres de guerre.

Le Premier ministre d’Israël et les chefs de la sécurité sont visiblement inquiets du danger perceptible, que des réseaux terroristes basés dans le Sinaï égyptien et des groupes affiliés à al Qaeda, qui combattent en Syrie, se joignent à une attaque contre Israël, dans deux directions, par le nord et par le sud.

Cette jonction pourrait se faire en lien avec les autres menaces terroristes internationales et multiples, qui font surface en Afrique.

Concernant les armes chimiques syriennes, après avoir convoqué une réunion élargie du cabinet sécuritaire et diplomatique, mercredi 23 janvier, au lendemain des élections générales en Israël, Netanyahou a fait remarquer :

« Nous devons faire très attention à ce qui se passe autour de nous… Ce qui se déroule en Iran et les armes létales qu’a la Syrie en sa possession, dont le régime s’écroule ».

Il a laissé à Sylvain Shalom, l’adjoint du Premier ministre, le soin de préciser encore ce point, lorsque celui-ci a déclaré, dimanche, que si les armes chimiques tombaient aux mains du Hezbollah ou des rebelles syriens, “Une telle évolution constituerait le franchissement de toutes les lignes rouges, qui requerrait, alors, une approche tout-à-fait différente, même si pour y faire face, on doit recourir à des opérations préventives ».

Mais même Shalom n’a pas spécifié où se situaient ces « lignes rouges » : s’il s’agit de la mainmise du Hezbollah sur les armes chimiques syriennes, contre qui, exactement, Israël prendrait ces mesures préventives : la Syrie, le Hezbollah ou les deux ?

Et s’ils tombent entre les mains des rebelles syriens, est-ce qu’Israël se retournerait contre eux ou s’en prendrait-il directement aux arsenaux où sont stockés ces gaz empoisonnés ?

Pas plus Netanyahou que Shalom n’ont répondu à l’avertissement iranien diffusé samedi, par Ali Akbar Velayati, un proche conseiller du Guide Suprême, l’Ayatollah Ali Khamenei, affirmant qu’une attaque contre la Syrie serait interprétée comme équivalente à une attaque contre l’Iran.

Cette mise en garde, adressée à Israël avait pour but de dissuader Israël d’une frappe militaire contre la Syrie – la Syrie, et non le régime Assad.

Ceci parce qu’une attaque israélienne contre des rebelles syriens disposant d’armes chimiques servirait aussi bien les objectifs de Téhéran : les forces iraniennes en Syrie et au Liban utiliseraient ce prétexte comme pain béni pour tenter d’unifier l’armée syrienne et les rebelles contre l’ennemi commun, Israël, et ainsi pourrait commencer le processus visant à faire retomber la révolte contre Assad comme un soufflé.

Velayati a, aussi, évité de citer le principal allié de l’Iran au Liban, le Hezbollah.

Dans sa mise en garde, il a, précisément, dit : « La Syrie détient le rôle fondamental et stratégique dans la région, de promouvoir une politique ferme de « résistance » [contre Israël]…

Pour cette raison, une attaque contre la Syrie serait considérée comme une attaque contre l’Iran et ses alliés ».

Cette personnalité iranienne de haut-rang a pris soin de ne pas attirer l’attention sur le Hezbollah, parce que, selon les sources militaires de Debkafile, certaines pièces de l’arsenal chimique syrien sont déjà en possession du Hezbollah, dissimulés dans des bunkers fortifiés des places fortes de la milice terroriste, au milieu de la Vallée de la Beka’a, à côté d’un déploiement extrêmement létal de roquettes et missiles sol-sol de moyenne et longue portée, qui ont également, été transférés clandestinement à travers la frontière syrienne.

Certaines sources du renseignement occidental –plus particulièrement, américaines- pensent désormais que les armes chimiques syriennes ont été confiées secrètement au Hezbollah, au cours de l’année 2012.

A présent, on pense que le Hezbollah a accumulé une cargaison substantielle d’armes capables de répandre du poison.

Nos sources militaires dévoilent que les planificateurs de l’armée israélienne ont conçu des plans logistiques de grande envergure, en vue de gérer les situations nouvelles telles que celle-ci.

Ils ont étendu leur infiltration en profondeur en Syrie et au Liban et font des progrès rapides en érigeant une barrière de sécurité sophistiquée, de 57 kms, le long de la frontière syrienne.

Ce projet pourrait prendre des mois avant d’être terminé.

Mais, simultanément, l’Iran travaille d’arrache-pied à élaborer ses propres plans pour agir prématurément et lancer une aventure militaire, avant qu’elle ne soit achevée.

Prier pour que les planificateurs de l’armée israélienne sachent concevoir des plans logistiques de grande envergure, en vue de gérer les situations nouvelles telles que celle-ci.

 

Nouvelle cellule terroriste démantelée à Hébron

Le Shin Bet (sécurité intérieure) a annoncé aujourd’hui avoir démantelé une nouvelle cellule terroriste à Hébron, en Judée Samarie.La cellule, dirigée par un membre du Hamas relaché lors de l’accord de libération de Guilad Shalit, planifiait différentes attaques terroristes, certaines combinant des attaques par explosifs et par armes à feu. Ils ont été arrêtés avant de pouvoir passer des plans à l’action, a indiqué un responsable du Shin Bet, indiquant également qu’une bombe artisanale avait été saisie lors de l’opération qui a abouti à l’arrestation des terroristes.

Gloire soit à D.ieu, Notre D.ieu protège Son peuple

Prier pour les tentatives d’attentats, que D.ieu les stoppe avant qu’elles ne soient perpétrées

Prier pour la protection de tous les services de sécurité dans le pays

 

Netanyaou obtient 2 semaines de plus pour tenter de composer son gouvernement

Le Premier Ministre israélien Benyamin Netanyaou doit, ce jour, avoir de nouvelles discussions avec le Shas et Habait Hayéhoudi, après avoir reçu du Président Pérès 2 semaines de plus pour composer son gouvernement. Netanyaou doit donc maintenant réussir à former une coalition, ou de nouvelles élections auront lieu.

Hier, le chef d’Habait Hayéhoudi, Naftali Bennet, a accusé Netanyaou de « fuir » son parti, disant que « pendant des jours, suite aux élections, le Likoud a refusé de discuter avec Habait Hayéhoudi. Ils nous ont boycotté. Nous nous attendions pourtant à être un partenaire naturel et à être les premiers à entrer dans le gouvernement de Netanyou.

Bennet a affirmé hier dans un commentaire sur Facebook que le message du Likoud a été que « les partis religieux sionistes n’intégreront pas la colalition, à aucun prix », mais que l’accord passé avec le parti Yesh Atid de soit rejoindre ensemble le gouvernement, soit rejoindre ensemble l’opposition, avait acculé Netanyaou dans les cordes.

S’exprimant ce jour sur Aroutz 10, le député d’Habait Hayéoudi Ayelet Shaked a déclaré que « Si Netanyaou avait décidé de former une coalition nationaliste après les élections, Habait Hayéhoudi l’aurait rejoint sur place ». « Malheureusement, son but était d’envoyer notre parti dans l’opposition. » Shaked a également révélé que son parti avait, en même temps qu’ils tenaient des réunions avec Yesh Atid, discuté d’une possible alliance avec le Shas, mais qu’ils avaient été rejetés.

« Nous ne boycottons personne », a répondu aujourd’hui le négociateur en chef du Likoud, David Shimron. « Ils essayent de nous punir parce que Bennet a été contacté après Gal-on », faisant référence à l’incident hautement médiatisé qui a eu lieu après les élections du 22 Janvier, quand Netanyaou a joint Bennet seulement après avoir tenu des communications téléphonique avec les autres dirigeants de parti, dont le chef du parti d’extrème gauche Meretz, Zahava Gal-on. David Shimron a également rejeté la demande de Bennet, qui demandait que Netanyaou annule ou amende son accord de coalition avec le parti Hatnua de Tsipi Livni, le seul à avoir pour l’instant rejoint la coalition du Premier Ministre. Il a affirmé que « nous ne prenons pas cela au sérieux » et que cette demande était « un jeu d’enfant ».

Livni s’est vu promettre le ministère de la Justice et le rôle principal dans les négociations avec les Palestinens en échange de sa participation à la coalition, ce à quoi Bennet s’oppose farouchement vu comment Livni pousse dans la direction d’une solution à deux états (s’entend, un x-ième état supplémentaire en Judée Samarie), un positionnement inadmissible pour le leader sioniste-religieux.

Les efforts de Netanyaou pour fonder une coalition stable ont été énormément compliqués par l’alliance passée entre les partis Habayit Hayéhoudi et Yesh Atid qui, ensemble, demandent l’établissement d’une nouvelle législation permettant de faire accomplir à la majorité des ultra orthodoxes leur service militaire. Les partis ultra orthodoxes, alliés traditionnels de Netanyaou, se sont fortement opposés à ce changement drastiques et, à ce jour, Netanyaou n’a toujours pas réussi à trouver une solution sur cette question, l’undes points d’achoppement entre les potentiels partis de sa coalition. L’ancien président de la coalition, le député likoud Ze’ev Elkin, a expliqué aujourd’hui que Netanyaou souhaitait fonder une coalition la plus large possible, afin qu’aucun parti ne puisse faire plier le gouvernement à sa volonté.

Le Ministre de l’Interieur, Shas, Eli Yishai a lui annoncé ce matin sur sa page Facebook qu’il s’attendait à un gouvernement formé dans les prochains jour sans les partis ultra orthodoxes, et a accusé Bennet de « sacrifier l’avenir des implantations de Judée Samarie sur l’autel de la haine des ultra orthodoxes ». Il a accusé Bennet, chef d’un parti sioniste religieux opposé à un état palestinien en Judée Samarie, de s’être vendu en s’associant avec Yesh Atid, qui soutient une solution « à deux état », et a également accusé le dirigeant de Yesh Atid de trahir ses engagements de campagne, portant sur les points économiques, pour ne finalement se concentrer que sur les questions portant sur les ultra orthodoxes.

Ce matin, Netanyaou n’avait trouvé d’accord qu’avec Hatnua. Les profondes divergences entre ses potentiels partis alliés sont telles qu’elles semblent difficiles à combler. Si Netanyaou se résignait, à contrecoeur, à exclure les partis ultra orthodoxes, son parti, le Likoud (31 sièges) pourrait finaliser rapidement une coalition avec Habait Hayéhoudi (12 sièges) et Yesh Atid (19 sièges), et ainsi obtenir une majorité gouvernementale. Alternativement, il pourrait tenter de faire pression sur Shelly Yachimovich, du Parti Travailliste, pour former une coalition sans ces 2 partis, mais avec les 2 partis ultra-orthodoxes, dans un mariage de la carpe et du lapin (rappelons que Yachimovich s’était dite prête à s’associer avec les partis arabes violemment anti-israéliens pour tenter de fonder une coalition anti-Netanyaou). Netanyaou et Yachimovich se sont rencontrés plusieurs fois, mais il s’est révélé à chaque fois que leurs différences politiques étaient bien trop larges pour être comblées.

Si Netanyaou, d’ici Lévitique 16 mars, n’arrive pas à former son gouvernement, le président américain Obama pourrait annulé sa visite prévue pour Lévitique 20 du même mois. Cela serait hautement embarrassant pour l’Etat Juif, dont les leaders poussent depuis longtemps Obama à accomplir ce déplacement, le premier depuis qu’il a été élu président en 2008, et qui comptaient aborder avec lui des points crucieux sur la sécurité régionale, l’armement nucléaire iranien, l’instabilité en Syrie, …

Prier pour le gouvernement israélien et les membres de la Knesset.

Prier pour que ce gouvernement puisse être mis sur pied le plus rapidement possible pour le bien du pays.

Prier pour que le Seigneur touche et remplisse de Sa Rouah Hakodesh ce gouvernement.

Prier spécifiquement pour les personnes qui se trouveront à chaque portefeuille ministériel.

 

Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture : « Nous sommes ici pour arrêter la poursuite du judaïsme en Palestine »

Quel rapport y a-t-il entre, d’une part, « arrêter la poursuite du judaïsme en Palestine » ; et d’autre part, « alimentation et agriculture » ? Théoriquement, aucune. Sauf à l’ONU et ses filiales (UNESCO, AIEA, FAO, etc.) qui ne sont plus que des machines islamophiles et judéophobes.

Dans une lettre adressée à José Graziano da Silva, Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), Shimon Samuels, Directeur des Relations internationales du Centre Simon-Wiesenthal, pose la question suivante : quel rapport y a-t-il entre arrêter la poursuite du judaïsme et alimentation et agriculture ? (ndmg – sans compter que même indépendamment de l’alimentation et de l’agriculture, vouloir soi-disant « arrêter la poursuite du judaïsme en Palestine » est une version contemporaine – de la l’élimination ethnique de toute présence juive – contenue dans l’idéologie nationale-socialiste).

Shimon Samuels explique qu’il a assisté à un séminaire de l’Organisation des Nations Unies sur l’aide au peuple palestinien, séminaire qui a été particulièrement marqué par l’intervention de l’ambassadeur du Maroc qui s’exprimait – au nom des représentants arabes du Conseil de Sécurité de l’ONU – comme ceci : « Nous sommes ici pour arrêter la poursuite du judaïsme en Palestine ». Il s’agit bien, insistons là-dessus, d’un séminaire de la FAO, chargée des questions alimentaires et agricoles.

La lettre de Shimon Samuels indique en substance : durant trois jours, ce festival de haine était l’hôte de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) à Rome. Un séminaire qui pouvait difficilement être en accord avec l’objectif de la FAO, objectif qui est « d’améliorer l’état nutritionnel, le niveau de vie, la productivité agricole et le sort des populations rurales en général, et contribuer à la croissance de l’économie mondiale » (et non pas « d’arrêter la poursuite du judaïsme en Palestine », formule imbécile n’ayant aucun rapport avec l’alimentation…).

Shimon Samuels souligne que la plupart des démocraties – Australie, Canada, Royaume-Uni, Etats-Unis, etc. – ont décliné l’invitation d’assister à cet assaut unilatéral de propagande délégitimant Israël, un Etat souverain et membre de l’ONU. La lettre de Shimon Samuels insiste sur le fait que cette litanie d’insultes provenait de champions très contestables des droits de l’homme, tels que l’Algérie, l’Afghanistan, Cuba, la Namibie, le Venezuela, etc. A un moment, l’Algérie a simplement suggéré de supprimer Israël en tant qu’Etat (ndmg – c’est la version « soft » du « il faut rayer Israël de la carte »).

Shimon Samuels cite en exemple des participants, soi-experts invités et des ONG dévouées à la « cause palestinienne », ONG qui appellent notamment à boycotter Israël, à expulser Israël de l’OCDE et à supprimer l’accord commercial entre l’Europe et Israël. Shimon Samuels attire l’attention de la FAO sur la répercussion directe d’un tel discours sur la montée de l’antisémitisme, particulièrement en Europe.

Shimon Samuels indique que l’incongruité d’une telle réunion au siège de la FAO à Rome est imputable : au représentant russe, qui a signalé le symbolisme de cette réunion là où la FAO travaille dur pour l’Etat palestinien ; – à un professeur de droit qui a prétendu que le vrai problème, c’est l’adhésion de la « Palestine » à d’autres agences de l’ONU en tant qu’Etat à part entière ; – à un délégué arabe qui a confié que l’intention implicite de cette conférence est de poursuivre la manœuvre de l’Unesco en obtenant l’admission de la « Palestine » à la FAO lors de la réunion du Conseil en avril prochain, admission qui doit être confirmée à la conférence générale, en juin.

Shimon Samuels laisse entendre que la question du rapport entre « arrêter la poursuite du judaïsme » et « alimentation et agriculture » n’est peut-être pas la plus pertinente (ndmg – il reste courtois ; le fait est que ce pseudo-séminaire est une abjecte manipulation). En effet, ajoute-t-il, il s’agit maintenant d’une tout autre question : la FAO est-elle prête à assumer le coût de l’admission palestinienne, après le précédent de l’Unesco ?

Car une décision du Congrès américain stipule que les Etats-Unis doivent retirer à la FAO leur contribution qui représente plus de 20% du budget annuel de l’organisation (ndmg – en effet, les contribuables américains en ont assez de financer des organisations internationales qui sont, de plus en plus, à la botte de la Ligue Arabe et de l’Organisation de la Coopération Islamique ; il y a eu un précédent : de 1976 à 1980, les Etats-Unis ont interrompu leur contribution au budget de l’Organisation Internationale du Travail qui était devenue un véritable bastion de l’URSS et de l’OLP qui à l’époque avait un statut d’observateur, d’observateur terroriste devrais-je écrire, à l’OIT, notamment son siège à Genève, le BIT ; la mainmise soviétique sur l’OIT et la présence en son sein de terroristes de l’OLP avait failli coûté la vie à cette organisation internationale).

Shimon Samuels conclut son intervention en recommandant vivement au Directeur général de la FAO de protéger sa mission vitale contre la propagande, la politisation et l’agitation dont il a été le témoin lors du séminaire au siège de l’organisation à Rome.

Prier pour que les institutions internationales ne soient plus judéophobes mais neutre vis à vis de ces questions délicates.

 

Washington continuera à financer les systèmes antimissiles israéliens

Le patron du Pentagone Chuck Hagel, accusé par les républicains de ne pas soutenir Israël, a assuré mardi à son homologue israélien Ehud Barak que Washington continuerait à financer les systèmes antimissiles israéliens malgré les contraintes budgétaires, selon le Pentagone.  Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, était le premier homologue étranger à rencontrer le nouveau secrétaire américain à la Défense, critiqué par les républicains pour des propos passés sur l’influence du « lobby juif » à Washington.

Prier pour les systèmes de sécurité en Israël (Iron dome etc .) et pour leur protection.

Prier pour le financement de ces dispositifs

 

Belgique : un débat sur le sionisme organisé par le PS,illustré par une caricature antisémite, suscite la polémique

Un débat sur le sionisme, organisé par la section du parti socialiste belge PS de Molenbeek (une des 19 communes de Bruxelles, ndlr), suscite une volée de bois vert depuis lundi. En cause : le dessin utilisé pour illustrer cette conférence. Il est l’œuvre d’un caricaturiste taxé de « négationniste » et représente un homme portant un masque aux traits d’un « juif dominant le monde ». Cette rencontre-débat, intitulée « Et si on parlait librement et sereinement du sionisme? », devait rassembler, Lévitique 19 mars prochain, le sénateur socialiste Philippe Moureaux et Yves Goldstein, chef de cabinet de Laurette Onkelinx et conseiller communal PS à Schaerbeek. Mais elle a finalement été annulée. Le Centre communautaire laïc juif (CCLJ) n’avait pas tardé à réagir, en ciblant un dessin qui « transpire la haine du juif en tant que tel ». Et en pointant la « personnalité sulfureuse de son auteur », Zéon, que le CCLJ qualifie de « néofasciste et négationniste ». Dans un communiqué, le député bruxellois Alain Destexhe (MR) estime que « le PS franchit toutes les bornes ». Il dénonce un « incident grave » et « symptomatique de l’existence au sein du PS d’éléments caractérisés par un antisémitisme virulent ».

Prier pour les politiques belges, que ces débordements soient sanctionnés.

Prier pour le gouvernement belge

 

Sinaï : les services de sécurité égyptiens saisissent une cache d’explosifs (sources palestiniennes)

Les services de sécurité égyptiens ont saisi mardi une cache d’explosifs à l’est de la ville d’El Arish dans le Sinaï-nord, révèle l’agence palestinienne Ma’an. Parmi les munitions saisies, des mines anti-chars prêtes à l’emploi. Les mines ont été neutralisées par des sapeurs et entreposées en lieu sûr.

Gloire soit à D.ieu !

Prier pour que les importations d’armes soient stoppées définitivement

Prier pour le désarmement des ennemis d’Israël

Prier pour la protection des civils israéliens se trouvant sous les tirs ennemis

 

Pour information : Le président israélien fait 22 Belges «Justes parmi les Nations »

Le président israélien Shimon Peres a remis à Bruxelles à 22 citoyens belges le diplôme et la décoration de «Juste parmi les Nations», qui récompensent des non-Juifs ayant risqué leur vie pour sauver des Juifs de la Shoah lors de la seconde Guerre mondiale. A ce jour, 1.612 Belges ont été reconnus «Justes parmi les Nations», la plus haute distinction décernée par Israël à ceux qui ont sauvé au péril de leur vie des Juifs pendant la Shoah.

 

L’église et Israël

 

Prier pour les relations entre l’Eglise et Israël

Prier pour que l’Eglise puisse se trouver au côté du grand frère « Israël »

Prier pour la paix de Yeroushalaïm

Prier afin de lier les esprits d'aveuglement du peuple qui l'empêche de voir le Mashiah en Yeshoua

Prier afin de délier la population juive et les religieux de ces esprits de religiosité les empêchant de suivre la volonté de Dieu et de comprendre les écritures

Prier que Dieu lève une armée spirituelle pour son peuple (pour des intercesseurs engagés dans la prière et le combat spirituel, des consolateurs, des sentinelles, des réparateurs de brèches et des combattants)

Prier pour celles et ceux qui cherchent une assemblée ou un groupe messianique fidèle pour rester attaché au Seigneur sur base du fondement des prophètes et des apôtres

Prier pour le petit groupe de Lyon qui se retrouve 1x par mois et qui prie pour l’ouverture d’une assemblée messianique dans la région

+

Prier pour tous les petits groupes qui ont besoin de nourriture et aussi de direction de Dieu

Prier pour le pays et les autorités - « Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité, et priez l’Eternel en sa faveur, parce que votre bonheur dépend du sien. » (Jérémie 29:7) – « 1 J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, 2  pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. » (1 Timothée 2:1-2)

Prier pour que Dieu fasse lever et forme des serviteurs en Israël, en Belgique, en France, dans la vigne belge (leaders pasteurs évangéliques ou messianiques)

Prier pour tous les pasteurs qui prennent contact avec l’assemblée  « 33 Maintenant, que Pharaon choisisse un homme intelligent et sage, et qu’il le mette à la tête du pays d’Egypte. 34  Que Pharaon établisse des commissaires sur le pays, pour lever un cinquième des récoltes de l’Egypte pendant les sept années d’abondance. » (Genèse 41:33-34)

 

Qui est en ligne ?

Nous avons 386 invités et un membre en ligne