lundi, 16 September 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

A+ R A-
  • Lorenzo et Thérèse Greco

    Les responsables - contacts -

  • Devarim - Deutéronome

    La parasha dans un contexte messianique

  • Téléchargement libre en PDF

    Fêtes, analogie de la foi, cours, initiation à l'hébreu

  • Connectez-vous

    Inscription ou connection à tout moment

  • DIRECT-YOUTUBE

    Vend. 20h30, Sam. 12:45-14:45, 16:00-18:00

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi
Personne à contacter: 0

Joseph en Egypte – Israël dans les nations 7ième partie

La Diaspora de Joseph en Egypte

Vendredi 10 juillet

LaConspiration

Sur la longue période entre le rapt de Joseph (Genèse 37:28) et sa rencontre avec ses frères (Genèse 45:3), des années ont passé. Des années où son père a été brisé à en mourir, une souffrance indiscible vécue par Jacob (Genèse 37:34). Un Père qui a du se séparer de son Fils Unique pour un temps, cela devait être pour ce père une souffrance difficile à supporter lorsque ce fils a dû non seulement "descendre" de sa Gloire qu'il avait auprès de son Père (Jean 17:5  "Et maintenant, toi, Père, glorifie–moi auprès de toi–même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde soit"), se retrouver parmi des barbares. 

On se souvient aussi de ce sang qui a été présenté à Jacob par les 11 frères comme preuve de sa mort. "Ils prirent alors la tunique de Joseph, égorgèrent un bouc et plongèrent la tunique dans le sang." (Genèse 37:31)  C'est de ce "bouc émissaire" que proviennent les deux cornes (shofarim) qui nous servent à élever notre plainte vers Dieu en témoignage.

Yeshoua, lebouc émissaire, a lui aussi présenté son sang à son père comme preuve de son sacrifice. La différence c'est que lui seul avait le droit de se présenter devant Dieu avec le sang alors que dans l'histoire de Joseph, les frères ont du se charger de cette besogne.

Quand le sang a aspergé sur le propitiatoire, lieu où se tenait Dieu, la rémission de tous les péchés était accomplie, et tous les péchés étaient couverts.
Quand le souverain sacrificateur sortait du lieu très saint, le peuple savait que Dieu avait accepté, agréé le sacrifice, et leurs péchés étaient pardonnés.

Israël n'a jamais douté de son sacrificateur souverain et Yeshoua est notre Souverain Sacrificateur : Yeshoua, notre Seigneur. Et il est notre Souverain Sacrificateur non plus simplement une fois par an, mais pour toute l’éternité jusqu’aux extrémités de la terre! ! Yeshoua a pris son propre sang sur le véritable propitiatoire dans la présence de Dieu, le saint des saints et l’a présenté pour la rémission de tous les péchés, de tous les croyants, de toute éternité. Elle était une aspersion parfaite, une intervention finale!

Les Ecritures disent de cet acte :

« Mashiah est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait qui n’est pas construit par la main de l’homme, c’est–à–dire qui n’est pas de cette création ; et il est entré une fois pour toutes dans le sanctuaire, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang. C’est ainsi qu’il (nous) a obtenu une rédemption éternelle. » (Hébreux 9:11 - 12)

« Car si le sang des boucs et des taureaux, et la cendre d’une génisse qu’on répand sur ceux qui sont souillés, les sanctifient de manière à purifier la chair, combien plus le sang du Mashiah qui par l’Esprit éternel s’est offert lui–même sans tache à Dieu purifiera–t–il notre conscience des œuvres mortes, pour que nous servions le Dieu vivant ! » (Hébreux 9:13-14)

«  Car Mashiah n’est pas entré dans un sanctuaire fait par la main de l’homme, imitation du véritable, mais dans le ciel même, afin de se présenter maintenant pour nous devant la face de Dieu. » (Hébreux 9:24)

On peut se poser aussi une autre question à partir de quel moment donné, Joseph avait compris quel plan, Dieu avait prévu pour lui. Pour nous qui vivons à la fin des siècles, nous recevons cette grâce divine de comprendre ces choses qui ont été cachées pendant longtemps à l’église. Mais aujourd’hui, quoique Joseph l’ait déjà reçu et compris pour sa propre vie, c’est le temps aujourd’hui de la révélation prophétique pour un grand nombre de croyants qui aiment Israël, qui aiment leur prochain et qui aiment la Vérité prophétique.

La conspiration pour le faire périr

L’ennemi de nos âmes n’est pas tant dérangé par les croyants nouveaux nés. Seule la réalisation concrète de la Parole de Dieu dans leur vie a du poids : c'est le témoignage vivant. Contrairement à ce qu’il avait pu espérer, avec la venue de Yeshoua, le diable voyait se profiler à l’horizon sa perdition : le fait qu’avec Yeshoua les prophéties s’accomplissaient les unes après les autres, cela le fit trembler comme jamais.

On comprend mieux pourquoi les ennemis d’Israël de toute époque, inspirés par le diable, ont voulu éliminer ce peuple juif duquel devait sortir le Fils de Dieu. Qu’il s’agisse d’Haman ou d’Hitler ou encore avant eux des Pharaons et autres rois païens, tous, inspirés par le même esprit satanique ont voulu empêcher l’instauration d’un Etat en Israël dans un seul et même but : empêcher la venue du Fils de Dieu.

Ce peuple d’Israël qui dérange tant l’ennemi, ce n’est pas à cause de lui-même qu’il dérange. Il dérange pour une raison précise et uniquement pour cette raison précise.

La présence du peuple d’Israël et surtout sa restauration en 1947 signifie quelque chose de terrible pour satan : cela signifie que la Bible est vraie et que le témoignage des croyants nés de nouveau est vrai.

Rien ne peut plus irriter le diable que la réalisation de la Parole de Dieu dans la vie des hommes. Les discussions avec le diable n'ont aucun poids ni aucun sens. Par contre deux choses sont efficaces : le sang de Yeshoua et le témoignage. "Mais eux, ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage ; ils n’ont pas aimé leur vie, même face à la mort". (Apocalypse 12:11).

Un complot

« Ils le virent de loin; et, avant qu'il fût près d'eux, ils complotèrent de le faire mourir. » (Genèse 37 :18)

« Venez maintenant, tuons-le, et jetons-le dans une des citernes; nous dirons qu'une bête féroce l'a dévoré, et nous verrons ce que deviendront ses songes. » (Genèse 37:20)

Ce qui irrite le plus satan c’est précisément la prophétie et sa réalisation. Si Joseph, sans le vouloir, rendait ses frères furieux contre lui c’est parce que le diable qui inspirait ceux-ci était en colère de cette parole prophétique donnée par Joseph qui annonce des événements futurs sur lesquels il n’a lui, aucune emprise, même avec sa magie, sa séduction des hommes et sa tromperie. Même avec sa puissance et ses sortilèges, il ne pouvait pas venir à bout de l’avenir qui seul est entre les mains de Dieu (Exode 7:12).

Un complot est donc fomenté. 

Cet aspect de la parole prophétique annonçait longtemps à l’avance le message de la Besora Tova du salut (la bonne nouvelle) de Yeshoua et sa Victoire sur l’empire du diable. "Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable." (1 Jean 3:8)

« Alors les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple se réunirent dans la cour du souverain sacrificateur, appelé Caïphe; et ils délibérèrent sur les moyens d'arrêter Yeshoua par ruse, et de le faire mourir. » (Matthieu 26 : 3-4)

« Au bout d'un certain temps, les Juifs se concertèrent pour le tuer » (Actes 9:23)

La Bible, quand elle parle des « Juifs », parle en réalité des chefs religieux qui étaient furieux contre Yeshoua. Il est connu aujourd’hui que la majorité du peuple juif suivait Yeshoua. Ceux qui ont fomenté le complot seront pardonnés après qu'ils se soient repentis.

Vous suivrez notre passionnant 8ème épisode dans une prochaine « pensée messianique ». AMEN !

A suivre...

Beth Yeshoua

J.S.

Qui est en ligne ?

Nous avons 269 invités et aucun membre en ligne