Top Panel
samedi, 07 December 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

S'abonner

Shalom, Inscrivez-vous à l'une de nos newsletters
Recevoir captcha  Conditions d'utilisation
Vérifiez votre boite de réception. Si vous n'avez pas reçu de notification après votre inscription, écrivez-nous à
A+ R A-

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

La parasha messianique pour les nuls

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi

Custom Facebook Display

Lehem Hahaim - Diaspora de Joseph en Egypte "Sans toi..."

Personne à contacter: 0

La pensée messianique pour aujourd'hui

Le Pain de Vie

Sans toi personne ne lèvera la main ni le pied …

 

Mardi 02 mai 2011

Une double prophétie et un triple sens

L’Egypte « terre de dépression », est une contrée de la partie nord-est de l’Afrique, adjacente à Israël, et qui est traversée par le Nil. L’Egypte est l’ensemble de la haute et de la basse Egypte et des adjectifs égyptiens précisent « doublement oppresseurs »

Comme on l’avait vu précédemment l’Egypte (Mitsraïm) est un pluriel de dualité. Il y a donc bien « deux Égyptes ». 

Le fait que Joseph reçoive de Pharaon le commandement de tout le pays d’Egypte annonce des siècles avant son accomplissement que : 

-Yeshoua recevra le commandement dans sa première venue et « sera établi », sur toute la création 

-Yeshoua recevra l’autorité sur toute la terre, dans sa deuxième venue pendant le règne de mille ans à partir de la capitale du monde Yeroushalaïm

-Yeshoua règnera pour toujours sur les nouveaux cieux et sur la nouvelle terre dans l’éternité, en tant que Fils de Dieu.

« C’est ainsi que Pharaon lui donna le commandement de tout le pays d’Egypte. 44  Il dit encore à Joseph: Je suis Pharaon! Et sans toi personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d’Egypte. »

Sans Toi

L’hébreu compare le fait d’être « établi » (nathan = donner) à celui d’être « livré » renforçant l’idée du sacrifice de Yeshoua obéissant à son Père Souverain.

Ce commandement (règne) n’est pas seulement un règne humain mais un règne éternel comme nous le montre la notion d’éternité « à perpétuité » dans l’expression « sans toi » bil‘adey ou bal‘adey.

Le mot Bal signifie "pas, point, et, non, à peine, autrement, ni, rien, pour que ne. Cette forme négative vient de la racine primaire balah vieille, usé, détruire, tomber, passer, se consumer, lambeaux, s’évanouir, jouir, dépérir, devenir vieux, s’user par le temps, par l’âge, vieillir, tomber en décomposition, en pourriture métaphore: la terre s’en ira comme un vêtement usé.

(Isaïe 51:6). Le sens est « user complètement », jouir, utiliser à fond, et dans sa forme « Piel transitif » : « faire vieillir, faire dépérir, user, consumer ».

Cette forme « Bal »  n’est pas si négative que cela (détruire, dépérir, etc.). Lorsqu’elle possède la lettre « Hé » qui symbolise la Présence de Dieu dans l’hébreu, le mot indique une utilisation complète et totale « balah »  « jouir, utiliser à fond, consumer » tout comme l’accomplissement à la croix a été parfait et complet « tout est accompli ».

Ad signifie en hébreu « éternité », « à toujours ». On connaît bien l’attribut de Dieu Avi Ad, « Père Eternel ». 

« Car un enfant nous est né, un fils nous a été donné. Il a la souveraineté sur son épaule ; on l’appelle du nom de Conseiller étonnant, Dieu–Héros, Père éternel, Prince de paix. » (Esaïe 9:6)

Ce mot vient de la racine Adah « ornement, parure » et c’est bien de la parure de l’Eternité que Dieu s’habille. L’expression indique que Dieu, en se déplaçant  « passe sur » l’éternité comme si cette éternité était pour lui un chemin sur lequel on marche. Avec les expressions « passer sur », « poser sur », on semble retrouver aussi dans la racine le fait que le Père a imposé à son Fils cet ornement, cette parure posée sur sa tête.

Adah se parer, être paré, orner, parure, passer, ôter, passer sur, avancer, aller, déplacer,  passer sur (Qal), poser sur.

 

« Vous serez mes témoins »

Dans cette expression « sans toi », le mot « Adah » nous parle de la « kehila » qui est appelée par Yeshoua « témoins ». 

Le mot Edah (témoignage, témoin) a la même racine que la parure (Genèse 21 :30). 

Ce témoignage est généralement donné par celui ou celle qui a quelque chose de vécu et de bien concret à raconter et qui a été reçu de Dieu comme la « Vie éternelle ». Adah hde vient de ed de qui est une contraction de témoin, témoignage, témoigner, évidence (des choses) dans le sens originel d’attache « assemblée, troupe, (anciens) d’Israël, essaim, maison, bande, peuple » ; assemblée, rassemblement, communauté (spécialement du peuple d’Israël), compagnie, famille. 

Sans Yeshoua nous ne pouvons rien faire 

Cette « assemblée » de témoins vivants, ne peut exister que par Yeshoua. Le témoignage vient de Lui Seul qui nous a fait le don de la Foi, Lui qui nous a lavés dans son sang, qui nous a envoyé le Consolateur, l’Esprit de Vérité »

« Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » (Jean 15:5)

C’est violemment que Joseph reçoit un nouveau  nom

« 45  Pharaon appela Joseph du nom de Tsaphnath-Paenéach; et il lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre d’On. Et Joseph partit pour visiter le pays d’Egypte. »

L’expression utilisée par Pharaon en nommant Joseph fait penser au fait de poser violemment les mains sur lui, image d’une violence exercée sur un serviteur par son maître. Le mot shem a son origine dans une racine primaire soum ou siym

Mettre, établir, rendre, faire, placer, charger, servir, dresser, cacher, produire, voir, subsister, poser, traiter, imposer, fixer, frapper, prendre, faire éclater, donner, écouter, déclarer, imputer, présenter, exiger, attacher, ajouter, déposer, tourner, envoyer ; 586 

1) mettre, placer, servir, disposer, désigner, faire 

1a) (Qal) 

1a1) poser, fixer, déposer sur, poser (violemment) les mains sur 

1a2) fixer, adresser, diriger vers 

1a2a) étendre (la compassion) (fig) 

1a3) fixer, ordonner, établir, fonder, désigner, constituer 

1a4) poser, mettre dans un lieu, planter, fixer 

1a5) faire, transformer en, constituer, façonner un ouvrage

Dieu a parlé et l’enfant vient : Tsophnath Pa‘neach (tsof-nath’ pah-nay’-akh) 

« ce vivant est l’approvisionnement du pays »

Selon Alain Gardiner, égyptologue, il n’y aurait pas de dieu en Egypte nommé On et Tsaphnath Paenéach, Tsafnath-Panéa ou Zaphenath peneath signifie Dieu a parlé et l’enfant vient. 

La source est à vérifier mais si elle s’avère exacte, elle annonce prodigieusement ce que les prophètes nous ont annoncé jadis : la venue d’un enfant, fils d’une vierge conçu par la Rouah Hakodesh, l’Esprit Saint.

Elle confirme par ailleurs la révélation de Genèse 1 :1 dans l’expression Bar Shyit, « il a été pourvu un Fils », Celui qui est le Fils de Dieu sorti du Père en la personne de Yeshoua.

AMEN.

 

 

Que le Seigneur vous bénisse. 

Beth Yeshoua

Qui est en ligne ?

Nous avons 396 invités et un membre en ligne