Top Panel
mercredi, 18 September 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

A+ R A-
  • Lorenzo et Thérèse Greco

    Les responsables - contacts -

  • Devarim - Deutéronome

    La parasha dans un contexte messianique

  • Téléchargement libre en PDF

    Fêtes, analogie de la foi, cours, initiation à l'hébreu

  • Connectez-vous

    Inscription ou connection à tout moment

  • DIRECT-YOUTUBE

    Vend. 20h30, Sam. 12:45-14:45, 16:00-18:00

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi
Personne à contacter: 0

La pensée messianique du jour

 

Shabbat le samedi 1er août 2009
Parasha Deutéronome 3:23 à 7:11 Isaïe 40:1-26

Vaethanan

La victoire, un concept dépassé ?
“La notion de « victoire » a presque disparu de l'esprit et du vocabulaire des Occidentaux modernes, remplacée par celle de compromis, de médiation et par des slogans tels que « Il n'y a pas de solution militaire » et « La guerre n'a jamais rien résolu ». En revanche je suis d'accord avec le slogan écrit sur ces T.shirts affichant leur opposition à la guerre « Excepté pour mettre fin à l'esclavage, au fascisme, au communisme et au baathisme, la guerre n'a jamais résolu quoi que ce soit. »
A mon avis, les guerres ne se terminent que par la défaite ou la victoire ; si vous ne gagnez pas une guerre, vous la perdez. Dans le monde d'aujourd'hui, je demande aux Etats-Unis une victoire sur l'Islam radical et une victoire israélienne sur les Palestiniens. Cet accent mis sur la victoire s'inscrit dans une longue liste d'analyses militaires. (La victoire, un concept dépassé ? Extrait de l’article la guerre et le paix par Daniel Pipes 23 juillet 2009)”
Ainsi écrivait ce journaliste américain, juif polonais, de parents réfugiés d’Europe.
Spécialisé dans l'analyse de la politique internationale et de l'antiterrorisme, Daniel Pipes est un journaliste et ancien universitaire, aujourd'hui figure médiatique du courant néoconservateur américain. La lucidité avec laquelle il fait preuve devrait en dérouter plusieurs de  chrétiens et messianiques quant à leur mission de combat qu’ils ont plutôt tendance à oublier. L’esprit humain est par nature contre le combat.. Il aime la victoire mais sans combat. Dans la vie spirituelle que nous sommes sensés vivre, nous nous trouvons dans un monde hostile de ténèbres spirituelles. Si, en tant que soldats de Dieu nous nous y trouvons, c’est d’ailleurs parce que Dieu avait prévu de nous y placer comme sentinelles pour “détruire les oeuvres du diable”.
Sans cela Dieu n’avait pas besoin de nous garder sur terre après notre conversion. Il pouvait bien nous enlever de cette terre pour vivre éternellement avec Lui.. Mais ses projets sont tout autres.

“ 23 En ce temps-là, j’implorai la miséricorde de l’Eternel, en disant: 24  Seigneur Eternel, tu as commencé à montrer à ton serviteur ta grandeur et ta main puissante; car quel dieu y a-t-il, au ciel et sur la terre, qui puisse imiter tes oeuvres et tes hauts faits? 25  Laisse-moi passer, je te prie, laisse-moi voir ce bon pays de l’autre côté du Jourdain, ces belles montagnes et le Liban. 26  Mais l’Eternel s’irrita contre moi, à cause de vous, et il ne m’écouta point. L’Eternel me dit: C’est assez, ne me parle plus de cette affaire. 27  Monte au sommet du Pisga, porte tes regards à l’occident, au nord, au midi et à l’orient, et contemple de tes yeux; car tu ne passeras pas ce Jourdain. 28  Donne des ordres à Josué, fortifie-le et affermis-le; car c’est lui qui marchera devant ce peuple et qui le mettra en possession du pays que tu verras. 29  Nous demeurâmes dans la vallée, vis-à-vis de Beth-Peor.” (Deutéronome 3:23-29)
Moïse est plaintif car il ressent que quelque chose a changé : pour lui, “Dieu n’est plus le même”. Moïse n’est plus celui qui poursuivra la route avec le peuple d’Israël. Peu nous importe finalement les raisons précises qui ont fait qu’il ne rentrera pas dans la terre promise. La chose à comprendre à la lueur de l’histoire de Joseph en Egypte c’est qu’ici aussi, Dieu avait décidé depuis toujours comment les choses allaient se dérouler. Comme Dieu l’avait prévu, Moïse ne rentrerait pas dans la terre promise. En fait Il ne pouvait pas rentrer dans la terre promise pour une seule raison : c’est Yeshoua le Fils de Dieu qui allait être le Messie promis. C’est Lui qui allait donner, par son sacrifice, au peuple une nouvelle alliance dans son sang donné pour la multitude en rémission du péché.
On croit souvent que Moïse avait mis Dieu en colère parce qu’il avait oser braver l’ordre de Dieu de battre le rocher une seule fois pour en extraire de l’eau et pas trois. Cela n’est bien sûr pas tout à fait incorrect. Mais la chose la plus importante encore est que Moïse allait devenir, dans les siècles à venir, une pierre d’achoppement pour les enfants d’Israël, un rocher de scandale.

Esaïe 8:14 “Et il sera un sanctuaire, Mais aussi une pierre d’achoppement, Un rocher de scandale pour les deux maisons d’Israël, Un filet et un piège Pour les habitants de Jérusalem.”
Romains 9:33 “selon qu’il est écrit: Voici, je mets en Sion une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale, Et celui qui croit en lui ne sera point confus.”
1 Pierre 2:8 “Et une pierre d’achoppement Et un rocher de scandale; ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés.”
Le souci majeur de l’église a toujours été de prendre ces passages comme une malédiction, une sorte de punition, une correction pour punir les rebelles alors qu’en réalité ce sont des passages de bénédiction.
Si Dieu a mis “Un filet et un piège pour les habitants de Jérusalem.” c’est volontairement, non pour leur faire du mal mais pour les mettre à l’écart afin que le salut entre dans les nations.

Si les juifs se heurtent à Yeshoua HaMashiah, le Fils de Dieu pour “n’avoir pas cru à la parole”, la Bible dit que “c’est à cela qu’ils sont destinés” : c’est leur destin pour notre salut. Si Dieu a voulu ainsi c’est que c’est pour notre bonheur à nous gens des nations d’abord puis parce qu’il les aime.
Pourquoi l’Eglise disait-elle alors que c’était comme une punition faisant suite à une désobéissance. Dieu aurait été d’une parfaite incohérence s’il faisit le contraire de ce qu’il avait annoncé. Moïse n’a pas été donné au peuple juif comme un pédagogue qui devait les amener à Yeshoua mais le contraire. C'est la Torah qui est un pédagogue pour Israël : pas Moïse.
Moïse était un guide qui devait amener le peuple aux frontières d’Israël. Son rôle s’arrêtait là. Il n’était pas appelé à faire “sortir le salut des juifs”, de la tribu de Yehoudah.

Hébreux 7:14  car il est notoire que notre Seigneur est sorti de Juda, tribu dont Moïse n’a rien dit pour ce qui concerne le sacerdoce.
Beaucoup de chrétiens “mélangent leurs pinceaux” en mettant dans un même sac,
- les projets de Dieu de mise à l’écart de son peuple pour une raison claire et précise et
- le fait que Dieu était irrité contre certains incrédules qui n’étaient pas la majorité.
Ils croient que l’aveuglement d’Israël provient de leur incrédulité qui aurait amener l’irritation divine.
La mise à l’écart souveraine de Dieu et son irritation en ce qui concerne l’incrédulité sont deux choses totalement différentes.
En revenant au passage de la parasha, prenons exemple sur Moïse “En ce temps-là, j’implorai la miséricorde de l’Eternel, en disant: 24  Seigneur Eternel, tu as commencé à montrer à ton serviteur ta grandeur et ta main puissante; car quel dieu y a-t-il, au ciel et sur la terre, qui puisse imiter tes oeuvres et tes hauts faits?”
Vaethanan signifie “En ce temps là” et l’hébreu dit quelque chose de très étonnant : le mot eth commence avec le regard de Dieu (Ayin) et se termine avec le signe, la croix, la signature de Dieu (le Tav). Ce mot “temps”  signifie “temps, époque, soir, ce temps-là, moment, heure, saison, alors, quand, vers, maintenant, heure, année, destinée, ... destinée, fortunes...
Un mot retient notre attention le mot “destinée”. La Bible nous dit “Quand la destinée sera arrivée, j’implorai la miséricorde de l’Eternel, indiquant que tout ce qui se passait là, en ce y compris l’écartement de Moïse du pays promis, était prévu depuis toujours par Dieu. Moïse ne pouvait pas le deviner car sa mission était accomplie. Il n’avait pas à connaître la suite des évènements “Que t’importe, Toi suis-moi” disait Yeshoua...
 
Moïse connaissait la Miséricorde de Dieu. Nous de même nous avons vu comment Dieu répondait à nos prières et connaissons la destinée de Beth Yeshoua. Aujourd’hui nous voulons rappeler à Dieu ces mêmes paroles pour nous-mêmes dans nos vies et dans celle de notre assemblée. Dieu a commencé à nous montrer cette deuxième maison de La Louvière qui est plus splendide que la première de Bruxelles.
Et c’est précisément là justement que commence le combat spirituel : combat contre notre chair, combat contre les difficultés financières, combat contre le découragement. Et surtout combat contre les puissances qui veulent empêcher l’oeuvre messianique d’avancer sur tout le territoire belge.
Nous proposons d’ouvrir prochainement une liste d’engagement pour mettre en place une chaîne de prière périodique. Une semaine de jeûne et prière pour :
- le salut des juifs belges,
- les villes d’Israël et de Jérusalem
- le développement de Beth Yeshoua, la mise en place de cours messianiques, d’études bibliques hebdomadaires, le développement d’Osseh Shalom et Kineti, pour la mise en place d’une radio (télévision) messianique, pour que Dieu lève des ouvriers, pour la guérison des malades et l’exaucement des prières personnelles,
- le remboursement des dettes.
Tout se fait par la grâce de Dieu. Cette grâce se développe par notre prière et notre obéissance.
Apocalypse 15:3 “Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’agneau, en disant: Tes oeuvres sont grandes et admirables,
Seigneur Dieu tout-puissant! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations!”

Qui est en ligne ?

Nous avons 536 invités et aucun membre en ligne