Top Panel
lundi, 23 September 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

A+ R A-
  • Lorenzo et Thérèse Greco

    Les responsables - contacts -

  • Devarim - Deutéronome

    La parasha dans un contexte messianique

  • Téléchargement libre en PDF

    Fêtes, analogie de la foi, cours, initiation à l'hébreu

  • Connectez-vous

    Inscription ou connection à tout moment

  • DIRECT-YOUTUBE

    Vend. 20h30, Sam. 12:45-14:45, 16:00-18:00

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

La parasha messianique pour les nuls

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi

L'invitation

Personne à contacter: 0
Le Pain de Vie
 
La pensée messianique du jour
 

L'invitation 

 
Dimanche 4 avril 2010
 

Un mariage en vue, des noces qui se préparent. Tous ont les regards fixés sur la fiancée et sur le fiancé. Lui, il est tiré à quatre épingles avec un costume unique d'une seule utilisation. Elle, elle est la plus belle, la plus splendide, la plus merveilleuse fiancée sur laquelle le fiancé pose ses regards amoureux. Tous les deux brûlent d’amour l’un pour l’autre. Leur cœur est enflammé d’élans l’un vers l’autre. Ils ont de la peine à retenir leur impatience. Cela faisait une longue période qu’ils attendaient enfin ce moment.

Le nombreux public impatient est dans la joie : un public très nombreux. Dans la salle immense, il y a d'ailleurs encore de la place pour des invités improvisés de dernière minute. Au loin, le Roi crie un ordre à ses serviteurs. Il semble que quelqu’un vient de se faire embarquer de force : il avait un habit de rue, pas le même habit que les convives. De l’autre côté de la salle majestueuse, quelqu’un s’est assis dans les premières rangées mais des serviteurs viennent de lui dire de céder leur place à des personnes plus importantes. Malgré son air heureux, il semble confus.
 
La Cérémonie va commencer...
 
 
A Pessah, alors que les hébreux mettaient du sang sur leur linteaux et montants de porte pour être épargnés de l'ange de la mort, des questions cruciales viennent à notre esprit comme par exemple celles-ci : parmi ceux des enfants de Dieu qui auront « mis du sang sur les montants et le linteau de leur porte », qui sera « appelé », qui sera « sauvé » et qui sera l'heureux « élu » ou plutôt l'heureuse  « élue » ? Qui sera l'épouse

 

Au départ, la réalité du salut éternel est très simple et sans complexité aucune : il y a d'une part les appelés et d'autre part les élus. 
 
Notre pasteur Lorenzo Greco entame une série de messages sur les noces du Fils de Dieu : l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. 
 

« Qui seront les invités aux noces ? »

 
« Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. » (Matthieu 22:14)
« Ils combattront contre l’agneau, et l’agneau les vaincra, parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les (1)appelés, les (2)élus et les (3)fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi. » (Apocalypse 17:14)
 
Par rapport au salut, il n'y a en principe aucune différence entre les « appelés » et les « élus » qui sont tous, des catégories de personnes sauvées par grâce. Car celui que Dieu appelle croit en Yeshoua car Dieu lui donne la Foi de croire.
 
La Foi est un DON de Dieu.
Si Dieu ne donne pas ce DON du ciel, il est impossible de croire en Yeshoua. Dieu ne donne pas à toute sa création ce don de croire. Peut-on parler de prédestination puisque ce DON est fait à certains et pas à d'autres ? En principe oui. Pourquoi Dieu appelle-t-il certains et pas d'autres membres de la famille frère ou sœur qui peut-être sont moins souillés ou plus gentils ou plus affectueux ou moins tordus que nous ? S'agit-il réellement d'un choix de prédestination souveraine de Dieu ?
 
En fait, Dieu appelle certains. Il les choisit d'abord ponctuellement et spécifiquement. Celui qui est choisi par Dieu doit alors prier pour le salut de son voisin ou de sa famille afin que Dieu lui donne à lui aussi la FOI de croire et ainsi de suite. C'est assez étonnant mais cette sorte de « prédestination » du départ s'élargit alors à ceux pour qui on prie. On a été appelé et on a été élu pour faire un certain travail : élargir à d'autres destinataires : le salut par le sang de Yeshoua. Les invités au repas invitent d’autres personnes sur les rues et les places et leur remettent des cartons d’invitation.
 
 
A l'image prophétique du peuple juif, ce peuple qui a été appelé à faire connaître au monde qui est le vrai Dieu, celui qui est appelé enfant de Dieu a été élu avant la fondation du monde et il a pour père, le Dieu d’Israël.
Parmi le peuple juif, ou parmi les chrétiens entés sur l’olivier franc, celui qui a refusé son élection doit vivement réaliser les conséquences « Le serviteur qui, ayant connu la volonté de son maître, n’a rien préparé et n’a pas agi selon sa volonté, sera battu d’un grand nombre de coups. » (Luc 12:47)
 
La prédestination est donc le fait du choix souverain de Dieu pour nous appeler en premier lieu AVANT d'autres membres de notre famille dans un but précis : intercéder en faveur des nôtres, d’une sœur, d’un frère, des membres de notre belle famille, de nos voisins, de notre pays, de nos collègues. 
 
Dieu a ses propres méthodes. Il aurait très bien pu donner instantanément la FOI à 6 milliards d'individus d'un seul et même coup. Il ne l'a pas fait.
Le plan de Dieu est celui-là : à cause du péché, à l'image des enfants d'Israël « le peuple élu » son plan est de sauver d'abord un petit nombre de disciples. Puis il donne à ses shlihim (disciples) une mission : celle de poursuivre eux-mêmes le travail d'aller par toute la terre annoncer la bonne nouvelle du salut par le sang. De cette mission fait partie la prière afin d'invoquer Dieu pour que Dieu donne le DON de la FOI aux autres humains. 
 

1. Qui est sauvé selon la berit hadasha de la besora tova (la nouvelle alliance de la bonne nouvelle ?

C'est simple, c'est clair, c'est précis. 
Seront épargnés de l'ange de la mort, les gens qui, à l’image donnée à Pessah ont accepté de mettre sur leurs portes le sang d’un agneau pur et sans tâche, symbole du sacrifice de Yeshoua, l’Agneau pascal. Ce salut qui est évidemment une image à ne pas prendre à la lettre, se réalise par une déclaration de la bouche  « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Yeshoua, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » (Romains 10:9).
 
Il n'y a aucune mitsvah, aucune œuvre, aucune mise en pratique. Il n'y a même pas une seule sanctification. Seule la « confession » orale subsiste. Rien d’autre.
 
Le brigand sur la croix a gémi devant Yeshoua « Et il dit à Yeshoua: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. Yeshoua lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23:42-43).  On pourrait supposer que sa terrible souffrance de la crucifixion pourrait en quelque sorte lui servir de « sanctification » mais ce n'est qu'une interprétation personnelle. Seul Dieu est Juste. Ce brigand est passé par la « porte » du tabernacle céleste puis il est entré dans le « parvis ». 
 
Yeshoua disait : « Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages. » (Jean 10:9)
J'ai connu un homme in-circoncis de cœur, un père d’une famille chrétienne. Rebelle, il s'est toujours opposé à Dieu toute sa vie durant laquelle sa femme et ses enfants ont prié pour son salut. Il est tombé sur ses genoux devant une émission télévisée lors d'une évangélisation de masse. Il a cru et il a pleuré sur ses péchés. La nuit même il est décédé.
Il est comme ce brigand, sauvé comme au travers du feu. Il n'a mis en pratique aucune œuvre de sa Foi. Pourtant il est sauvé : il a pleuré sur son état de pécheur : ses seules « œuvres » sont le fruit de la repentance. « Produisez donc du fruit digne de la repentance. » (Matthieu 3:8) 
Que deviendra-t-il ? Sera-t-il élu ? Fera-t-il partie de l'épouse ? Aura-t-il une couronne? Ressuscitera-t-il avec ceux de l'enlèvement ou le « dernier jour » ? Sera-t-il avec Dieu dans sa présence alors qu'on sait que nul ne verra le Seigneur sans la sanctification  « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 12:14). 
Dieu est Juste : Lui Seul connaît la réponse et ce n'est d'ailleurs pas notre problème de fouiner dans la vie, la mort et l'éternité de nos semblables. La seule chose que l'on sait est qu'il y a une très nette différence entre les « sauvés » et « l'épouse ».
 
Le sang sur la porte et non dans la maison
 
Il est à remarquer qu'à Pessah, l'Ange de la mort devait passer à l'extérieur des portes des hébreux. Il n'allait pas voir dans les maisons si Monsieur s'est disputé avec Madame ou les enfants, ou si la cuisine était sale, ou si les vêtements étaient lavés. L'Ange de la mort n'avait pas non plus reçu comme mission de regarder les cartes d'identité et les passeports des habitants hébreux ou égyptiens ni si les hommes devaient être circoncis ou incirconcis. Aucune importance aussi du type de nourriture présents dans les frigos. Même les égyptiens qui mangeaient du porc pouvaient être épargnés de l'Ange de la mort. 
La seule peinture avec du sang autour de la porte d'entrée suffisait pour épargner ses habitants. C'est ainsi que les hommes seraient sauvés : par la FOI dans le sacrifice de l'AGNEAU de PESSAH.  
 

2. L'épouse (les élus, les "JUSTES")

L’apôtre Paul écrivait : « Je vous ai fiancés à un seul époux pour vous présenter au Messie comme une jeune fille pure. » (2 Corinthiens 11 :2)
A qui s'adresse l'apôtre Paul ? Il parle à ceux qui sont destinés à être l'épouse du Mashiah,ceux que le christianisme de toutes les époques a nommés "l'épouse de Christ" .
A côté des invités, des « sauvés », il y a aussi les « élus », ceux qui, nés de nouveau auront eu une relation personnelle constante et intime avec Yeshoua HaMashiah, ceux qui aiment Dieu de tout leur coeur et qui aiment leur prochain, ceux qui ont donné leur Vie pour le Seigneur, qui ont souffert pour son Nom, ceux qui prient constamment pour le salut de leur prochain, ceux qui recherchent la Volonté de Dieu, ceux qui auront travaillé pour le salut de leur prochain comme témoins, ceux qui ont œuvré pour le Royaume de Dieu, pour le Royaume des Cieux et sa Justice, ceux enfin qui auront eu assez d’huile dans leur lampe lors du grand cri.
Cette épouse s'est préparée : elle a amassé sur cette terre des trésors dans le ciel, elle. L’épouse a appris la patience, la bonté, elle n’a pas de passion jalouse ; elle ne se vante pas, elle ne se gonfle pas d’orgueil. L’épouse ne fait rien d’inconvenant, elle ne cherche pas son propre intérêt, elle ne s’irrite pas, elle ne tient pas compte du mal et ne se réjouit pas de l’injustice. L’épouse se réjouit avec la vérité ; elle pardonne tout, elle croit tout, elle espère tout, elle endure tout. Son amour ne succombe jamais. 
 
Et la préparation au mariage n'est pas seulement le fait de rentrer dans la salle des noces avec un beau vêtement blanc tout propre. Là ce sont simplement les invités, pas la mariée. 
 
Le ticket d'entrée au banquet des noces
 
Le vêtement blanc juste des saints, le vêtement lavé dans le sang de l’Agneau, c’est le ticket d’entrée pour rentrer dans la salle de banquets au moins comme invité.
L'épouse de Yeshoua c'est beaucoup plus que le simple fait d’être habillé : ça n’a rien à voir avec les invités. 
Pour être invité aux noces du Fils du Royaume, il n’y a qu’une seule condition : « changer de vêtement ». C’est bien pour ça que le Roi invite les gens des rues et des places car il a en réserve des vêtements blancs de toutes tailles. Même les gens mauvais peuvent rentrer. Méchants et bons, tous sont logés à la même enseigne pour bénéficier de l’invitation.
 
L'épouse quant à elle, c’est une toute autre catégorie de personnes : ce sont les "JUSTES qui hériteront la terre", ce sont des « vierges qui n’ont pas touché de femmes », ce sont ceux qui se sont gardés du péché, ceux qui sont restés purs et dans la bouche desquels « il ne s’est pas trouvé de mensonge ».
 
 
Matthieu 22 
2  Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit des noces pour son fils.
3  Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui étaient invités aux noces; mais ils ne voulurent pas venir.
4  Il envoya encore d’autres serviteurs, en disant: Dites aux conviés: Voici, j’ai préparé mon festin; mes bœufs et mes bêtes grasses sont tués, tout est prêt, venez aux noces.
5  Mais, sans s’inquiéter de l’invitation, ils s’en allèrent, celui-ci à son champ, celui-là à son trafic;
6  et les autres se saisirent des serviteurs, les outragèrent et les tuèrent.
7  Le roi fut irrité; il envoya ses troupes, fit périr ces meurtriers, et brûla leur ville.
8  Alors il dit à ses serviteurs: Les noces sont prêtes; mais les conviés n’en étaient pas dignes.
9  Allez donc dans les carrefours, et appelez aux noces tous ceux que vous trouverez.
10  Ces serviteurs allèrent dans les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, méchants et bons, et la salle des noces fut pleine de convives.
11  Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table, et il aperçut là un homme qui n’avait pas revêtu un habit de noces.
12  Il lui dit: Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces? Cet homme eut la bouche fermée.
13  Alors le roi dit aux serviteurs: Liez-lui les pieds et les mains, et jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.
14  Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus.
 

Plusieurs groupes de personnes 

On voit très clairement ici plusieurs groupes de personnes : 
 
-le ROI qui marie son Fils (Abba Adonaï Elohim)
-le Fils qui prend une épouse (Yeshoua HaMashiah le Fils de Dieu)
-l'Epouse qui se prépare, (les élus)
-les serviteurs qui vont chercher les invités (les anges, les shlihim, les disciples, l'évangélisation)
-les invités (les "appelés", les "fidèles")
 

Les élus

Le mot pour élu dans l’hébreu est bachiyr (choisi, élu (de Dieu), bien-aimé, se disant des hommes pieux, des prophètes et du Messie). Ce mot vient de la racine primaire bachar (choisir, élite, vouloir, désirer, prendre, aimer, disposé, préférer, préférable, précieux, distingué, délices, éprouvé, plaisir, choisir, élire, décider, aimer, désirer, choisir, (Niphal passif) être choisi, (Poual) être sélectionné)
 

Les invités

Le mot pour invité dans l’hébreu est qara « appeler, donner, invoquer, inviter, crier, s’écrier, chercher, lire, choisir, proclamer, publier, convoquer, offrir, s’adresser »
Un invité est donc une personne qui est appelée, convoquée, cherchée par Dieu : à ce stade ci elle est choisie mais elle n’est pas encore élue.
 

La nouvelle naissance ouvre-t-elle la porte au salut ?

Parmi ceux qui ont reçu le carton d’invitation on trouve ceux qui acceptent, ceux qui refusent. On trouve aussi certains qui acceptent comme cet homme de la parabole, invité mais qui n'avait pas revêtu un habit de noces. Ce dernier aurait bien voulu être de la partie, aurait bien voulu être sauvé et puis entrer dans le paradis, mais il n'était pas « lavé dans le sang de l'agneau », il n'avait pas accepté le salut de Yeshoua. C’est cet égyptien qui n’osait pas peindre du sang sur le linteau et sur les montants de sa porte par crainte des moqueries de ses condisciples.
On se demande d’ailleurs comme il est parvenu à entrer ailleurs que par la porte d’entrée qui est Yeshoua « Je suis la porte » 
« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. » (Jean 10:1)
En réalité, il avait méprisé le futur marié qui allait se marier avec son épouse lors des noces organisées par son Père. Il est même peut-être né de nouveau et il a « vu » la porte pour entrer dans le Royaume de Dieu mais il n’est jamais entré ». 
« 3 Yeshoua lui répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » (Jean 3 :3)
Cet homme a peut-être cru, il est même peut-être né de nouveau, il voulait être là au chaud pour boire et manger, pour s’enivrer, pour « recevoir » mais pas pour « donner ». 
Mais il n'en n'avait rien à faire du mariage, du Fils et de l'épouse... Il était simplement là pour lui-même et non pour honorer les mariés. 
Il est mort dans ses péchés.
 
Lors de ces noces, il y a même différentes places pour les invités, des places d’honneur, des places de second rang, des places « à l’arrière ». 
 
Parmi les invités présents qui auront revêtu une robe blanche, il y aura même des gens qui auront de la honte :   « 8 Lorsque tu seras invité par quelqu’un à des noces, ne te mets pas à la première place, de peur qu’il n’y ait parmi les invités une personne plus considérable que toi, 9  et que celui qui vous a invités l’un et l’autre ne vienne te dire: Cède la place à cette personne-là. Tu aurais alors la honte d’aller occuper la dernière place. » (Luc 14:8-9
Cette remarque que Yeshoua cite concerne clairement son mariage à Lui ! Il est non seulement en train de préparer ses noces mais il est aussi en train de préparer les personnes qui y assisteront, ses disciples et les foules qui l’écoutaient.
Dans les évangiles, on voit que parmi les invités il existe des gens bien placés et d’autres personnes, et même des gens qui porteront de la honte. Il y a aussi ceux qui ont été invités et qui ont fermé leur cœur à Yeshoua : ils seront rejetés. La porte leur sera fermée. « 3 mais ils ne voulurent pas venir. »
 
Pire encore, certains même « sans s’inquiéter de l’invitation, s’en allèrent, celui-ci à son champ, celui-là à son trafic »
Pire encore certains même « se saisirent des serviteurs, les outragèrent et les tuèrent. »
 
(Luc 14:24) « Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon souper. »
 
Pour les invités présents aux noces, rien ne dit qu'ils sont perdus : ils ont cru au Seigneur mais ils ne sont pas purs : ils attendront la deuxième résurrection !
 
Quant à nous, inquiétons-nous de notre salut : l'évangéliste Jean rapporte en 21:22 « Yeshoua lui dit: Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe? Toi, suis-moi. »
 
Les personnes qui ont mis du sang sur les linteaux et montants de leur porte à Pessah obéissaient ET étaient repentants. 
L'EPOUSE, ce sont les « JUSTES » : « ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. » (Romains 2:13).
Si l'épouse est juste parce qu'elle a mis en pratique la Foi, les « sauvés » ne sont pas forcément « justes ».
 
Celui qui croit en Yeshoua est sauvé : mais il n'est pas élu d'office : « Celui qui croit au Fils a la vie avec D.ieu pour toujours. Celui qui refuse de croire au Fils ne verra pas cette vie, mais la colère de D.ieu restera sur lui. »" (Jean 3:36)
 
Dans (Marc 10:17-27) le jeune homme riche dit respecter les commandements de la Torah par rapport aux hommes et aussi les commandements par rapport à l'Eternel MAIS son coeur est éloigné de Dieu, il met l'argent (Mamon) au-dessus de Elohim, le riche dans ce cas-ci est idolâtre OUI. 
Mais même malgré tout cela, une chose est plus grande que tout le reste et qui change toute la suite : « 21  Yeshoua, l’ayant regardé, l’aima. » 
 
Le Seigneur aime ceux qui le cherchent de tout leur cœur. Même si l'histoire n'en parle pas, Yeshoua ne va pas abandonner le jeune homme riche. Il est fort probable que ce riche de l'histoire sera sauvé quelques temps après car si les évangiles disent « Yeshoua l'aima » il allait certainement l'attirer vers le chemin étroit par la suite. 
C'est d'autant plus vrai que le Seigneur nous a prévenu en nous rappelant qu'il ne mettrait pas dehors celui qui vient à lui. 
 

L'héritage

Dans tout royaume, il y a ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés.
Dans le Royaume de Dieu il y aura ceux qui gouvernent,  ceux qui héritent (l'épouse) et ceux qui n'héritent pas (les invités), ceux qui sont simplement là sans héritage et qui ne sont pas l'épouse ; ça ouvre la porte à tous les pécheurs qui croient et qui demandent pardon mais qui n’ont pas changé leur état. Soit ils ont refusé de donner au Seigneur 100% de leur vie, soit ils ont été trop loin dans leur péché, soit encore ils ont besoin de délivrance. Mais on sait bien que de nos jours, cela n'est pas une chose aisée qui nous est garantie d'office à notre conversion. 
Nous ne sommes plus au temps où Yeshoua délivrait les gens instantanément. 
La première des choses à faire pour être simplement sauvé sans bénéficier d'aucun héritage, c'est de naître de nouveau. 
La sanctification viendra plus tard et l’on sait que pour ceux qui recherchent cela de tout leur coeur, le Seigneur s’est fait sanctification pour nous.
Les « sauvés » sont comme le brigand sur la croix qui a demandé pardon. Il n’a pas eu le temps de se sanctifier mais il a cru en Yeshoua. Il est auprès du Seigneur aujourd'hui. Il attend la dernière résurrection comme tout le monde. Mais il n'héritera probablement jamais du statut d'épouse.
 
Pour être sauvé et hériter la Vie éternelle il faut croire au Seigneur Yeshoua, se repentir de ses péchés et être « lavé » dans le sang de l'agneau.
Alors le croyant recevra un vêtement blanc et pourra entrer comme « invité » dans la salle des noces.
 
Le livre de l'Apocalypse entre-ouvre ici une bien curieuse énigme qu'il nous faudra analyser dans une prochaine étude : quelle différence y a-t-il entre les "élus" et les "fidèles".
 
Shalom,  
 
La rédaction de Beth Yeshoua
 

Si vous avez aimé ce message et si vous avez des questions n'hésitez pas à nous interroger. 

FORUM - Derniers messages

  • Pas de messages à afficher

Qui est en ligne ?

Nous avons 407 invités et un membre en ligne