Josué et Caleb portent la grappe de raisins image du sang du rachat

Une énorme grappe de raisin soutenue par Josué et Caleb, le juif et le gentil;

Le sang a été versé à la croix en abondance pour toute l'humanité !

Josué et Caleb portent la grappe de raisins image du sang du rachat
Les débuts du langage dans le monde - occidental, sémitique et gens de couleur

L'arche de Noé représente la Maison d'Israël couverte par le sang de l'expiation. 

C'est après Noé que sont venues les différentes nations de la terre : Yaphet a donné le monde occidental, Ham a donné les peuples de couleur et Shem a donné les sémites. 

Les débuts du langage dans le monde - occidental, sémitique et gens de couleur
Beth Yeshoua célèbre les fêtes de l'Eternel et aussi certaines fêtes juives

Hanouka signifie "dédicace" comme celle du Temple de Salomon

Beth Yeshoua célèbre les fêtes de l'Eternel et aussi certaines fêtes juives
Yeshoua HaMashiah viendra bientôt régner à Yeroushalaïm comme Melekh hamelakhim (ROI des rois)

Genèse 37:8 "Ses frères lui dirent : Est-ce que tu règneras sur nous? est-ce que tu nous gouverneras ? Et ils le haïrent encore davantage, à cause de ses songes et à cause de ses paroles."

Yeshoua HaMashiah viendra bientôt régner à Yeroushalaïm comme Melekh hamelakhim (ROI des rois)

Nous rentrons dans le mois de Tishri : on sonne du Shofar pour annoncer la Besora Tova, la Bonne Nouvelle du salut des nations.

PARASHA VAYETSE

PARASHA VAYETSE
We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.

Autres articles

Table des matières de la page (AutoAnchor Menu)

Table des matières de l'article (AutoAnchor Menu)

Suivez-nous sur Youtube

La parasha messianique pour les nuls

DPCALENDAR

KKL- Offrez des arbres en Israël !

 

Une congrégation messianique du sud d'Israël harcelée par des anti-missionnaires

Groupe d'utilisateurs: Public
Personne à contacter: 0

Une congrégation messianique du sud d'Israël harcelée par des anti-missionnaires, désormais poursuivie par la municipalité locale (traduction google)

Tuvia Pollack

"City of Life", une congrégation et un ministère messianiques à Sderot, fait face à la persécution avec une date d'audience en attente en septembre 2022. KNI a parlé à son pasteur, Michael Biner, pour comprendre ce qui se passe et comment nous pouvons prier pour eux.

 

"City of Life", une congrégation et un ministère messianiques à Sderot, fait face à la persécution avec une date d'audience en attente en septembre 2022. KNI a parlé à son pasteur, Michael Biner, pour comprendre ce qui se passe et comment nous pouvons prier pour eux.

 

"Lorsque les attaques à la roquette ont commencé, au début des années 2000, nous avons prié pour savoir si nous devions rester ou quitter la ville", a déclaré Biner à KNI. "Mais puisque Dieu a dit à Abraham qu'il sauverait une ville avec au moins dix justes, nous avons décidé que nous devions rester et prier pour la ville."

 

 

La congrégation opère à Sderot depuis 2000, quand elle a commencé comme un petit groupe de jeunes étudiantes russophones se réunissant pour la prière et les études bibliques chez elles. Maintenant, ils gèrent une congrégation bilingue hébreu/russe et, depuis 2006, ils ont également un centre de sensibilisation sociale, soutenant les survivants de l'holocauste, les nouveaux immigrants et les personnes souffrant de traumatismes après les fréquentes attaques à la roquette à Sderot et Netivot. Ils ont pu opérer "sous le radar" pendant de nombreuses années, aidant des centaines de personnes et apportant leur soutien sans faire trop de bruit sur eux-mêmes.

 

Mais ensuite, après 14 ans de travail inlassable sous des tirs de roquettes pour soutenir et aider les personnes les plus vulnérables, l'organisation anti-missionnaire Yad L'Achim a découvert qu'ils existaient en 2020. Peut-être parce que "City of Life" a déménagé dans un lieu plus grand en 2019 et mettre une pancarte, ce que le rabbin Habad de la ville a découvert. Il a parlé à leur propriétaire pour les faire expulser, mais sans succès. « Je me fiche de qui ils prient. Savez-vous combien de personnes ils aident ? » étaient les mots du propriétaire, selon Biner. Le rabbin se tourna alors vers Yad L'Achim.

 

Yad L'Achim s'est tourné vers ses partisans, utilisant une rhétorique incendiaire, et a accusé "City of Life" de profiter illégalement d'individus vulnérables pour "leur imposer l'évangile". Puisqu'il est illégal en Israël d'offrir de l'argent ou des avantages en échange d'une conversion religieuse, c'est devenu une accusation courante de Yad L'Achim contre tout type d'œuvre caritative messianique. Biner a raconté des histoires de harcèlement, de personnes les appelant pour les maudire et même de personnes pénétrant illégalement dans leurs installations sans autorisation.

 

Yad L'Achim a même admis ouvertement cette intrusion dans son article, précisant qu'« un militant de Yad L'Achim qui s'est rendu chez eux a découvert qu'en plus d'une bibliothèque et d'une grande salle pour les repas, ils ont une scène et une chaire et des centaines de chaises pour que les gens viennent écouter la prédication chrétienne. Biner a porté plainte pour intrusion, mais l'activiste n'a reçu qu'une injonction d'un mois, et rien de plus. "Le juge a dit" soyez reconnaissant que vous obteniez même cela "", a déclaré Biner à KNI. « Pas même une amende, rien. Et puis cet activiste m'a dit en face qu'ils nous déclaraient la guerre. Il a ensuite dit au juge qu'ils voulaient organiser une manifestation contre nous. Le juge l'a aidé et lui a dit à qui s'adresser pour obtenir des autorisations de manifestation ! Nous avons quitté la salle d'audience déconcertés.

 

En août 2020, Yad L'Achim a organisé la manifestation promise et y a conduit des bus remplis de personnes. Dans un article incendiaire, Yad l'Achim a écrit : « Nous avons organisé un rassemblement de protestation contre les missionnaires avec des rabbins locaux. Au cours de la manifestation, les rabbins ont souligné que Sderot n'aura de cesse que cet épicentre de l'activité missionnaire ne soit fermé à clé. L'un d'eux a dit : « La terreur missionnaire faite à travers un discours doux et des moyens de tromperie est beaucoup plus dangereuse que les roquettes de Gaza. Notre dôme de fer spirituel est d'expulser le culte des idoles de notre ville. Nous espérons que les missionnaires comprendront que leur arnaque a été révélée et qu'ils quitteront la ville.

 

Ce qu'ils n'ont pas mentionné, c'est ce que Biner a dit à KNI - que Yad l'Achim a essayé d'appeler de nombreuses personnes qui reçoivent de l'aide de "City of Life", et de les amener à rejoindre le rassemblement, et ils ont tous refusé "Ils font un excellent travail et nous aident, pourquoi ferions-nous un rassemblement contre eux ? » Le rassemblement a été couvert dans les journaux locaux, qui ont tous cité les affirmations de Yad l'Achim sans contacter Biner pour un commentaire. Il y avait, cependant, un autre journal local qui a publié un article plus positif sur leur travail quelques mois plus tard, où ils décrivaient le travail caritatif qu'ils faisaient et comment ils étaient attaqués par des extrémistes religieux.

 

Et puis les procès sont arrivés. On ne peut pas prouver définitivement que Yad L'Achim est nécessairement derrière ces poursuites, mais il est remarquable que depuis le rassemblement susmentionné, "City of Life" a été audité et examiné et a reçu des poursuites de toutes parts. Il semble que Yad L'Achim ait utilisé des relations personnelles au sein de ces autorités, puis "tire dans tous les sens" pour voir ce qui fonctionne.

 

Une plainte à la police du rabbin, affirmant qu'ils convertissaient les gens en échange d'une aide caritative, était attendue, mais la police l'a fermée rapidement faute de preuves. L'administration fiscale les a contactés et a examiné leurs permis et leurs dossiers fiscaux, mais là aussi, leur auditeur et comptable a clos le dossier rapidement et facilement. En fait, le ministère a repoussé presque toutes ces attaques sans trop d'efforts, car il respecte toutes les lois et tous les règlements et tous ses papiers sont en règle. Cependant, un problème qui est advenu concerne leur licence municipale pour exploiter un public à but non lucratif dans une zone industrielle, et est toujours en attente d'une date d'audience en septembre. Leur avocat est convaincu qu'ils gagneront, mais il semble que ce soit la stratégie bien connue des anti-missionnaires : intimider et épuiser les ministères et les forcer à consacrer leur argent, leur travail et leur énergie à des procès et à se défendre plutôt qu'à faire leur travail réel. C'est une stratégie kafkaïenne bien connue, et ce n'est pas la première fois que nous voyons Yad L'Achim l'utiliser.

 

Alors, comment la saga en cours avec la municipalité a-t-elle commencé ? Biner a déclaré à KNI que lorsqu'ils ont déménagé à leur emplacement actuel en 2019, ils se sont assurés que tout était en ordre. L'inspecteur municipal les a interrogés sur leur activité et leur foi, et ils lui ont tout dit. Pendant un an et demi, ils ont fonctionné normalement et tout allait bien. Maintenant, tout d'un coup, il y a des "problèmes de construction". Biner est convaincu que quelqu'un se déplace dans les coulisses.

 

« Quelqu'un de la municipalité est passé quelques jours avant le rassemblement et a demandé à voir l'endroit et à prendre un café avec moi. Je lui ai fait visiter, nous avons pris un café, il a dit "tu fais du bon travail, continue comme ça", et c'est tout. Puis, juste après le rassemblement, je reçois une lettre de la municipalité concernant des problèmes de construction avec notre bâtiment sur la base de "l'inspection" quelques jours plus tôt. Je ne savais pas que prendre un café avec moi était une inspection, ni qu'il avait trouvé quoi que ce soit à redire.

 

Lorsque Biner s'est rendu à la municipalité pour le premier interrogatoire, il dit qu'ils lui ont dit d'emblée qu'ils avaient l'intention de les fermer parce que, je cite, "une maison de prière ne correspond pas au zonage d'une zone industrielle". Seulement maintenant, ils y pensaient? Ils avaient enregistré l'endroit comme maison de prière pour obtenir une exonération des taxes municipales lorsqu'ils y avaient emménagé, et à l'époque, personne n'avait dit quoi que ce soit à propos d'un problème de zonage. Au contraire, une zone industrielle comprend par la loi des organismes publics tels que des maisons de prière, et la même rue compte également des restaurants et des salles d'évasion. Les interrogatoires ont commencé à empirer. Lors du troisième interrogatoire, Biner a déclaré qu'ils l'avaient traité de "suspect" et ont commencé à lui poser des questions qui n'étaient pas du tout liées à l'affaire. "Recevez-vous un salaire de cette association à but non lucratif ? Combien d'employés avez-vous ? Qui sont vos donateurs ? Qui fait la collecte de fonds ? À quelle fréquence partez-vous à l'étranger pour collecter des fonds ? Comment les gens vous connaissent-ils ? »

 

"À ce stade, j'ai arrêté", a déclaré Biner, "et j'ai demandé si cela était conforme au protocole, et j'ai exigé de voir que c'étaient les questions qu'il était censé me poser. Ces questions n'avaient rien à voir avec la planification municipale ou le zonage. Alors je lui ai dit : 'Veuillez écrire dans votre protocole que Michael Biner dit que ces questions sont injustes et n'ont rien à voir avec l'affaire, mais je vais quand même y répondre par souci de transparence. Je veux que ce soit écrit dans le protocole, pour que je puisse le montrer au juge le moment venu. Vous n'êtes pas l'administration fiscale et vous n'êtes pas le registraire à but non lucratif, et vous n'avez pas à me poser ces questions. " Puis ils m'ont finalement posé de vraies questions sur la propriété. "

 

"City of Life" prépare actuellement une demande officielle auprès de la municipalité pour "utilisation exceptionnelle" afin d'obtenir un permis pour utiliser le bâtiment comme maison de prière. Cette demande doit inclure la confirmation par un architecte qu'ils ont suffisamment de sorties, un système de gicleurs, des sorties de secours, un parking, des égouts, une ventilation, etc. C'est une demande légitime de leur demander de fournir la preuve qu'ils ont tout cela, bien sûr. Le problème de Biner est qu'ils ne l'ont jamais demandé à l'avance en 2019. Au lieu de cela, ils n'ont rien dit pendant des années, puis les ont soudainement poursuivis en justice pour ne pas l'avoir fourni.

 

Actuellement, la municipalité les poursuit en justice pour « possession illégale d'une maison de prière dans une zone industrielle sans permis d'usage exceptionnel ». La lettre les convoquant au tribunal a été, tout comme «l'inspection», faite de manière kafkaïenne, afin qu'ils ne le sachent pas. La lettre poursuivant personnellement Biner et «City of Life» n'est arrivée que 2 semaines et demie avant la date d'audience. L'enveloppe montrait des signes d'avoir été envoyée à la mauvaise adresse et d'avoir fait des allers-retours dans la ville pendant des mois.

 

"Nos avocats disent que ce n'est pas une affaire difficile, et qu'ils ont gagné des affaires beaucoup plus difficiles contre des municipalités. Mais cette affaire est clairement enveloppée d'une couverture politique et personnelle. Il y a des intérêts personnels en jeu ici », dit Biner. « Tant que l'affaire n'est pas terminée, nous n'en verrons pas la fin. L'avocat de la municipalité refuse même de rencontrer notre avocat. Nous faisons tout correctement et notre avocat essaie de les convaincre d'abandonner l'affaire, mais ils refusent. Nous sommes reconnaissants que le juge ait accepté de reporter notre date d'audience à la fin septembre. Cela nous laisse le temps de finaliser et de soumettre la demande officielle à la municipalité pour « utilisation exceptionnelle » qu'ils rejetteront, bien sûr. Mais ensuite, nous pourrons montrer au tribunal que nous faisons tout correctement.

 

Leur avocat travaille dur pour prouver qu'il existe d'autres associations à but non lucratif travaillant dans la même zone qui n'ont pas reçu le même traitement, prouvant que la congrégation est pointée du doigt. Ils sont convaincus que la municipalité ne peut pas gagner. C'est cependant encore une victoire pour les anti-missionnaires dans le sens où ils épuisent l'énergie et les finances de l'association.

 

Yad L'Achim le fait comme une tactique commune contre de nombreuses organisations et congrégations différentes. Cette congrégation de Sderot n'est pas seule.

 

Veuillez garder Michael Biner et City of Life Congregation à Sderot dans la prière pour cette date d'audience en attente en septembre, mais gardez également dans la prière toutes les autres congrégations et ministères messianiques qui font l'objet d'enquêtes et de poursuites dont vous n'entendrez pas parler. Aussi, priez pour que les juges israéliens voient avec sagesse les manières trompeuses dont Yad L'Achim opère.

Qui est en ligne ?

Nous avons 328 invités et aucun membre en ligne

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.