Top Panel
samedi, 14 December 2019
- - - - - -

BethYeshoua

Assemblée-Messianique

S'abonner

Shalom, Inscrivez-vous à l'une de nos newsletters
Recevoir captcha  Conditions d'utilisation
Vérifiez votre boite de réception. Si vous n'avez pas reçu de notification après votre inscription, écrivez-nous à
A+ R A-

Messianiques Francophones Unis

Suivez-nous sur Youtube

War-Room en ligne - Groupe de prière et d'intercession par Skype

La parasha messianique pour les nuls

GTranslate

frarnlendeiwitplptruesyi

Custom Facebook Display

Personne à contacter: 0

Norbert Lieth Nouvelles d’Israël - Numéro 3 de Mars 2007 Paru dans le périodique Malah Habrit avec la permission de l'Appel de Minuit - Nouvelles d'Israël

L’auteur Norbert Lieth du magazine l’Appel de Minuit aimerait vous faire découvrir des parallèles étonnants entre la résurrection de Lazare par le Seigneur Jésus-Christ  et l’histoire passée, présente et future d’Israël.

 

Lazare et ses deux sœurs, qui ont souvent reçu le Seigneur Jésus dans leur maison, abitaient à Béthanie. Ce village était situé sur les pentes du mont des Oliviers, comme nous pouvons le lire en Marc 11:1 «  Lorsqu’ils approchèrent de Jérusalem, et qu’ils furent près de Bethphagé et de Béthanie, vers la montagne des Oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples ».  Le mont des Oliviers est un lieu historique auquel est liée une prophétie  : c’est de là que le Seigneur Jésus a été enlevé au ciel (Luc 24: 50-51), et c’est là qu’il posera ses pieds lorsqu’il reviendra avec une grande puissance et avec gloire (Zacharie 14:1).

Béthanie  signifie  en français  « Maison de la souffrance  » (d’après la racine « anah » = souffrir, ployer sous le poids, être oppressé). Le nom de Béthanie nous rappelle d’une part les souffrances que Jésus-Christ - le plus grand fi  ls d’Israël - a endurées pour le monde entier : « Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé  ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié». Esaïe 53:4

Et il nous rappelle d’autre part l’énorme détresse et les souffrances de tout ordre imposées à Israël. En effet, Israël et les Juifs ont, tout au long
de leur histoire millénaire, souffert et ployé sous le poids de toutes sortes d’oppressions. Cependant le Messie, l’Oint, comme il l’a fait autrefois pour
Lazare, reviendra un jour sauver et « ressusciter » son peuple.L’amour de Dieu pour Lazare et pour Israël.

Au Psaume 22 : 25 nous lisons: « Car il n’a ni mépris ni dédain pour les peines du misérable, et il ne lui cache point sa face  ; mais il l’écoute quand il crie  à lui  ». Lorsque Lazare tomba malade et que son état s’aggrava, ses sœurs fi  rent appel au Seigneur Jésus et lui demandèrent de venir guérir Lazare : « Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade » (Jean 11:3). Jésus connaissait Lazare et l’aimait profondément

- alors que sa relation avec la plupart de ceux qu’il guérissait était beaucoup plus superficielle. C’est en raison de cette relation profonde entre Jésus et Lazare que ses sœurs ont pu lui faire dire  :  « Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. » A l’instar de l’amour de Jésus pour Lazare, l’amour de Dieu pour son peuple Israël est indéfectible. Quand bien même le monde entier, y compris une partie de la « chrétienté », se dresse encore et toujours
- plein de haine - contre Israël, l’amour de Dieu pour son peuple demeure inébranlable, comme le confi  rme cette parole tirée du premier livre des Rois : « C’est parce que l’Eternel aime à toujours Israël... » (1 Rois 10:9).

Nous, membres de l’Eglise de Jésus-Christ, devrions de même par nos prières rappeler sans cesse à notre Seigneur son peuple Israël à l’aide de ces mêmes paroles : « Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade. » Car Jésus aime Israël. Sur la croix de Golgotha, il a aussi pris sur lui les péchés d’Israël. Et Il « ressuscitera » un jour ce peuple qu’Il aime tant. La maladie de Lazare et celle d’Israël : pour la gloire de Dieu ! Le verdict de Jésus au sujet de la maladie de Lazare s’applique aussi à celle d’Israël : « Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n’est point à la mort ; mais elle est pour la gloire de Dieu, afi  n que le Fils de Dieu soit glorifié par elle» (Jean 11:4). Jésus savait d’avance que son ami Lazare mourrait. Mais il savait également qu’il le ressusciterait, que cet acte manifesterait la gloire de Dieu et sa propre gloire et serait un acte prophétique.
Israël a cessé d’exister en tant que nation et a été enterré dans les « tombeaux» des nations. Cependant, selon Romains 11:1-2, Israël n’est pas demeuré dans la mort : « Je dis donc : Dieu a-t-il rejeté son peuple ? Loin de là ! Car moi aussi  je suis Israélite, de la postérité d’Abraham, de la  tribu de Benjamin. Dieu n’a point rejeté son peuple, qu’il a connu d’avance  ». Bien des théologiens chrétiens prétendent que « Dieu a défi  nitivement rejeté Israël. L’Eglise a désormais pris la place qu’Israël occupait auparavant  ». Mais cette affirmation est tout à fait fausse. Si Dieu a écarté Israël, ce n’est que pour un temps : le temps que nous, païens d’entre les nations, puissions être sauvés. C’est ce que confi  rme prophétiquement Jean 11:14-15  : «Alors Jésus leur dit ouvertement : Lazare est mort. Et, à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n’étais pas là. Mais allons vers lui. » Le Seigneur a intentionnellement retardé son arrivée auprès de Lazare pour que Marthe et Marie (qui représentent l’Eglise de Jésus-Christ) puissent croire.

Dieu a différé de  « deux jours  » le rétablissement d’Israël, afin de pouvoir sauver et conduire à la foi les païens d’entre les nations. Il voulait créer
l’Eglise. Paul l’explique ainsi  :  «Je dis donc  : Est-ce pour tomber qu’ils  [les Juifs] ont bronché ? Loin de là  ! Mais, par leur chute, le salut est devenu accessible aux païens, afin qu’ils [les Juifs] soient excités à la jalousie. Or, si leur chute a été la richesse du monde, et leur amoindrissement la richesse des païens, combien plus en sera-t-il ainsi quand ils [les Juifs] se convertiront tous» (Romains 11:11-12). En Jean 11:6 nous lisons que le Seigneur a différé son arrivée auprès de Lazare : « Lors donc qu’il eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était. » Ces « deux jours » représentent prophétiquement une période de 2  000 ans de grâce  – pour l’Eglise !

Mais après  « quatre jours  », le Seigneur est arrivé auprès de Lazare pour le ressusciter  :  «  Jésus, étant arrivé, trouva que Lazare était déjà depuis
quatre jours dans le sépulcre » (v. 17). Ces « quatre jours » dans le tombeau représentent prophétiquement une période de 4 000 ans - qui se rapporte à l’histoire d’Israël. Par là, nous savons que le Seigneur reviendra très prochainement « ressusciter » son peuple Israël.
« Lazare, sors  !  » La suite de l’histoire de Lazare nous montre de manière merveilleuse ce qu’il adviendra d’Israël au moment où le Seigneur viendra
pour « ressusciter » son peuple. Jésus arriva au tombeau où reposait Lazare, mais personne ne s’attendait à ce qu’il le ressuscite. Or que se passa-t-il ? « Jésus frémissant de nouveau en lui-même, se rendit au sépulcre. C’était une grotte, et une pierre était placée devant. Jésus dit : Otez la pierre » (v38-39). Nombreux sont ceux qui, même de nos jours, ne peuvent croire que le Seigneur  « ressuscitera  » entièrement son peuple Israël. Il le fera pourtant.

Il ôtera la pierre qui le sépare de son peuple : « Je vous donnerai un coeur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le  coeur de pierre, et  je vous donnerai un  coeur de  chair  »  (Ezechiel 36:26).

« Lorsque la pierre fermant le tombeau de Lazare eut été enlevée et que le  tombeau  fut ouvert, Jésus   « cria d’une voix  forte  : Lazare,
sors! » (Jean 11:43).

De même, le Seigneur ordonnera à son peuple Israël de sortir « des tombeaux » d’entre les nations - et cette  « s ortie » e st déjà en train de se réaliser partiellement sous nos yeux. Mais au moment où Jésus apparaîtra pour sauver son peuple Israël, la parole d’Ezechiel 37:11-14 s’accomplira entièrement  :  « II me dit: Fils de l’homme, ces os, c’est toute la maison d’Israël. Voici, ils disent : Nos os sont desséchés, notre espérance est détruite, nous sommes perdus  ! Prophétise donc, et dis-leur :Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, j’ouvrirai vos sépulcres, je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple, et je vous ramènerai dans le pays d’Israël. Et vous saurez que je suis l’Eternel, lorsque j’ouvrirai vos sépulcres, et que je vous ferai sortir de vos sépulcres, ô mon peuple ! Je mettrai mon Esprit en vous, et vous vivrez ; je vous rétablirai dans votre pays, et vous saurez que moi, l’Eternel, j’ai parlé et agi, dit l’Eternel ».

A l’appel de Jésus, Lazare est réellement sorti du tombeau. Aucune puissance de ce monde n’a pu le retenir  ! Ressuscité d’entre les morts, Lazare s’est avancé à la rencontre de son Seigneur. A l’instar de Lazare  (qui représente tout Israël), tout Israël se lèvera à l’appel du Messie et sera rassemblé en un clin d’oeil auprès de Lui. L’Evangile de Marc nous donne quelques précisions sur la façon dont les choses se passeront :  « Alors on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire. Alors il enverra les anges, et il rassemblera les élus des quatre vents, de l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel» (Marc 13:26-27). « Déliez-le et laissez-le aller ! » De même que Lazare n’est pas resté sourd à l’appel de  Jésus, Israël ne restera pas sourd à l’appel du Messie : « Et l e  mort sortit, les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d’un linge. Jésus leur dit  : Déliez-le, et laissez-le aller» (Jean 11:44). Alors on ta le linge (ou voile) du v isage de Lazare. Il en sera de même pour Israël  : on ôtera le « voile » de son visage, et il verra son Messie : « Mais ils sont devenus durs d’entendement. Car jusqu’à ce jour, le même voile demeure quand ils font la lecture de l’Ancien Testament, et il ne se lève pas, parce que c’est en Christ qu’il disparaît. Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leur coeur ; mais lorsque les coeurs se convertissent au Seigneur, le voile est ôté.

Or, le Seigneur c’est l’Esprit ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté » (2 Corinthiens 3:14-17).
Le linge (ou voile) qui enveloppait Lazare explique symboliquement pourquoi

Résurrection physique de l’Etat d’Israël : « Esaïe 66:8   Qui a jamais entendu pareille chose? Qui a jamais vu rien de semblable? Un pays peut-il naître en un jour? »Israël fait tant d’efforts pour obtenir le salut en accomplissant les œuvres de la loi : quand il fait « la lecture de l’Ancien Testament », « le même voile demeure » sur son entendement - il en sera ainsi jusqu’à ce que Jésus revienne avec une grande puissance et avec gloire - car ce n’est qu’« en Christ qu’il disparaît ».Avec son autorité divine, le Seigneur ordonna au sujet de Lazare   « Déliez-le et laissez-le aller ! » On libéra donc Lazare. Israël sera libéré de la même manière. A mon avis, au terme de 4 000 ans d’histoire, le but est atteint, et  Jésus va venir très bientôt établir avec son peuple Israël son royaume millénaire de paix. Une fois Lazare libéré du linge et des bandes qui le liaient, la gloire de Dieu descendit sur lui, comme Jésus l’avait prophétisé à sa sœur Marthe  :  « Ne t’ai-je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ?  » (Jean 11:40).

La résurrection de Lazare a constitué l’apothéose glorieuse et merveilleuse d’une rude épreuve ! Mais qui y avait cru auparavant ? Marthe, en tout cas, avait tenté d’empêcher Jésus d’accomplir un miracle pour son frère décédé  :  « Seigneur, il sent déjà, car il y a quatre jours qu’il est là »
(v.39). Pourtant, l’arrivée du Seigneur a rendu possible ce que personne n’a voulu croire auparavant ! Il en sera de même lors du retour du Seigneur : la gloire de Dieu sera également répandue sur Israël !
L’établissement du royaume millénaire de paix. Plus tard, Jésus est entré officiellement dans Jérusalem comme le Messie, et Lazare l’a accompagné.

Son entrée triomphale à Jérusalem constitue une image merveilleuse de ce qui se passera lorsqu’il viendra établir son règne millénaire de paix : « Le lendemain, une foule nombreuse de gens venus à la fête ayant entendu dire que Jésus se rendait à Jérusalem, prirent des branches de palmiers, et allèrent au-devant de lui, en criant : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur, le roi d’Israël ! Jésus trouva un ânon, et s’assit dessus, selon ce qui est écrit: Ne crains point, fi  lle de Sion  ; voici, ton roi vient, assis sur le petit d’une ânesse »  (Jean 12:12-15). Et plus loin  « Tous ceux qui étaient avec Jésus, quand il appela Lazare du sépulcre et le ressuscita des morts, lui rendaient témoignage ; et la foule vint au-devant de lui, parce qu’elle avait appris qu’il avait fait ce miracle. Les pharisiens se dirent donc les uns aux autres : Vous voyez que vous ne gagnez rien ; voici, le monde est allé après lui » (v. 17-19).
Quand le Seigneur Jésus reviendra pour « ressusciter » Israël, il établira avec son peuple son règne millénaire de paix. Le monde entier le verra et rendra témoignage que le Seigneur a appelé Israël à sortir des « tombeaux » d’entre les nations et à « ressusciter » d’entre les morts. Autrefois « la foule vint au-devant de lui, parce qu’elle avait appris qu’il avait fait ce miracle  »  (celui de ressusciter Lazare). A l’avenir, les humains viendront du monde entier à Jérusalem pour voir et adorer le Messie. Sous l’autorité du Messie - le « roi des Juifs » (Jean :19,Jean :19) et le « Roi des rois et Seigneur des seigneurs  »  (Apocalypse 19:7) - Israël deviendra la puissance dirigeante sur la terre (cf. Esaïe 60:10-11; 61:6; 66:12) et Jérusalem la capitale du monde (cf. Esaïe 60:13-14 ; Jérémie 3:17; Ezechiel 43:7Zacharie 2:16  ; 8:3.22  ; 14:16 ; Michée 4:1-2)

Qui est en ligne ?

Nous avons 476 invités et un membre en ligne